Publié le

Les infrarouges et le corps humain

Le saviez-vous ? Tout être vivant émet naturellement des infrarouges. Invisibles à l’oeil nu, ils sont pourtant indispensables à la vie terrestre. Chaque corps qui reflète de la chaleur génère un rayonnement infrarouge. Leurs vertus sont nombreuses, mais souvent peu connues. C’est en Asie que leurs bienfaits commencent à être observés puis utilisés dans la médecine curative. Comment fonctionne le rayonnement infrarouge, quelles sont ses propriétés et comment les mettre au service de sa santé ? On vous explique !

Qu’est-ce que la lumière infrarouge

Le soleil est notre principale source de lumière, une combinaison de plusieurs longueurs d’ondes qui produisent le spectre visible de la lumière du jour. Pour les infrarouges, c’est un peu différent. C’est William Herschel, un astronome anglais, qui découvre en 1800 l’existence du rayonnement infrarouge. De même nature que celui de la lumière, on trouve ce rayonnement électromagnétique juste après le rouge, d’où son nom. Ses ondes plus longues que celles de la lumière le rendent invisible à l’oeil nu. Le rayonnement infrarouge se situe entre 0,780 et 1 000 micromètres et se répartit en différentes catégories.

Il existe trois types d’infrarouges :

  • Les infrarouges proches : que l’on nomme également PIR, ils se situent entre 0,780 et 1,4 μm
  • Les infrarouges moyens : que l’on nomme également MIR, ils se situent entre 1,4 et 3 μm
  • Les infrarouges lointains : que l’on nomme également LIR, ils se situent entre 3 et 1 000 μm

Cette subdivision peut varier d’un domaine à un autre et diffère en fonction des émetteurs, des récepteurs ou des bandes de transmission.

Plusieurs études ont démontré le potentiel bénéfique des infrarouges lointains sur notre santé.

Pourquoi les infrarouges sont-ils indispensables à la vie

Au travers des siècles et des cultures les hommes se sont rendu compte du pouvoir de certaines roches naturelles, notamment celles riches en minéraux métalliques et carbonés, qui en reflétant l’énergie solaire infrarouge avaient des vertus diverses.Leurs propriétés médicales positives trouvent plus particulièrement leurs origines dans la médecine curative asiatique et notamment au Japon où des baignoires étaient taillées dans la roche volcanique, riche en minéraux métalliques, pour soigner arthrose, rhumatisme et blessures musculo-squelettiques. En effet, l’eau des onsen (baignoires naturelles) est réputée avoir des vertus thérapeutiques grâce aux minéraux qu’elle contient.

Pour comprendre les bienfaits du rayonnement infrarouge, il faut se pencher sur le fonctionnement du corps humain. Le corps émet des infrarouges lointains. Ces mêmes infrarouges sont connus pour faire rentrer en vibration les molécules d’eau. Le corps humain étant composé à 70% d’eau, les infrarouges lointains vont donc stimuler ces molécules d’eau ainsi que toutes les molécules présentes dans le corps et en lien avec les molécules d’eau.

Cette stimulation extrêmement bénéfique permet la dilatation des capillaires sanguins et l’amélioration de la microcirculation. Le flux plus important offre une meilleure oxygénation ce qui favorise la régénération des cellules. Elle permet également d’optimiser le drainage des toxines et réduit les tensions musculaires.

En Asie et plus particulièrement au Japon, les bienfaits des infrarouges lointains sont bien connus et exploités. Ils utilisent les pierres naturelles pour refléter l’énergie des infrarouges et profiter pleinement de leurs avantages. En 1981, le JAMA (Journal de l’Association Médicale Américaine) publie un article qui retrace les bénéfices de la lumière infrarouge sur l’organisme et la circulation sanguine. Aujourd’hui, leur intérêt n’est plus à prouver et de nombreux scientifiques travaillent quotidiennement pour optimiser et démocratiser leur utilisation.

Comment fonctionnent les patchs STIMCARE

Les patchs STIMCARE utilisent la technologie eNOsyntex, composée d’oxydes minéraux naturels, elle permet de réfléchir et concentrer les infrarouges endogènes à plus de 95% sur les zones ciblées sous le patch. L’effet principal va être d’accélérer la dilatation des capillaires sanguins via la stimulation d’une enzyme (eNOsynthase) sensible aux infrarouges. Cette activation a pour effet d’augmenter la fluidification des liquides corporels ce qui améliore le drainage de la zone inflammatoire et stimule l’apport en nutriments et en oxygène, amenant ainsi un soulagement rapide et durable.

Le patch STIMCARE se différencie des autres patchs disponibles sur le marché par son mode d’action non transdermique innovant et unique, mais aussi par sa durée d’utilisation et d’action. Le patch est utilisable pendant 3 jours et l’effet bénéfique des patchs peut se prolonger même après les avoir retirés, amenant un soulagement durable.

Les bienfaits de la lumière infrarouge sur le corps humain ne sont plus à prouver. Elle permet d’offrir une solution naturelle pour soulager de nombreuses pathologies comme l’arthrose et les douleurs liées aux règles. Vous aussi, choisissez une alternative naturelle et efficace pour soulager vos douleurs au quotidien.

Publié le

Le Patch STIMCARE

Vous en avez entendu parler, vous les avez vus en pharmacie ou en magasin de sport, portés par des membres de votre entourage ou encore vu sur des athlètes, mais savez-vous vraiment comment fonctionnent les patchs STIMCARE ? Sans chimie, leur action naturelle stimule les capacités d’autoguérison de votre corps. Les patchs agissent comme un miroir pour refléter les infrarouges émis naturellement par votre corps. Couplés à l’art ancestral des points d’acupuncture, ils vous aident à apaiser vos douleurs et retrouver un équilibre de vie en toute simplicité. On vous explique tout cela en détail !

Qu’est ce qu’un patch STIMCARE ?

Les patchs sont composés d’une première couche de tissu en coton certifié OEKO-TEX. Garanti sans substances nocives, le label OEKO-TEX s’appuie sur un catalogue complet de différents critères. Le tissu utilisé pour produire les patchs est spécifiquement conçu pour être utilisé sur la peau. Vient ensuite la technologie eNOsyntex. Constituée de minéraux naturels métalliques et carbonés, la technologie présente dans le patch offre un taux d’émissivité de 95%, c’est-à- dire qu’elle reflète les infrarouges de manière quasi parfaite. Pour rappel, le corps rayonne naturellement des rayons infrarouges et ce rayonnement thermique est accentué en cas d’inflammation. Enfin, une dernière couche de colle en latex naturel permet au patch d’adhérer à la peau.

Le patch STIMCARE est donc un produit naturel et innovant qui recycle l’énergie du corps pour stimuler ces capacités d’autoguérison tout en préservant son équilibre.

Comment fonctionnent les patchs STIMCARE ?

Lorsque le corps perçoit une lésion et qu’il est en souffrance, il lance le processus d’inflammation. La circulation sanguine ralentie, entrainant gonflement et oedème. Des toxines viennent alors s’accumuler sur la zone et la douleur persiste. Pour favoriser le retour à la normale, le corps augmente naturellement le rayonnement infrarouge pour limiter l’impact du processus. La technologie eNOsyntex qui compose les patchs permet de refléter la lumière infrarouge et concentrer son action sur des points spécifiques. Cette concentration permet d’augmenter la fluidification des liquides corporels ce qui améliore le drainage de la zone inflammatoire et stimule l’apport en nutriments et en oxygène tout en diminuant l’inflammation. La douleur diminue rapidement et la récupération est optimisée.

Les patchs STIMCARE s’appuient sur l’art ancestral de l’acupuncture. Positionnés sur des points clés, ils agissent sur les zones précises pour plus d’efficacité. Ils apaisent efficacement les tensions musculaires, articulaires, ligamentaires et digestives.

Quand utiliser les patchs STIMCARE ?

Les patchs peuvent être utilisés en cas de coups, de blessures ou de souffrances sur une partie du corps. Ils sont particulièrement efficaces pour soulager les douleurs liées aux règles douloureuses, apaiser les articulations en cas d’arthrose, libérer les tensions musculaires chez les sportifs et soulager les souffrances générées par les troubles digestifs. Ils peuvent être utilisés pour traiter des pathologies plus complexes, en revanche, l’intervention d’un thérapeute formé à leur utilisation est alors indispensable pour garantir l’efficacité de la prise en charge.

4 Univers pour vous guider

Pour vous permettre d’être autonome dans votre utilisation, nous avons créé quatre Univers distincts : SPORT, ARTHRO , PERIODS, DIGEST.

Cette structure a pour objectif de vous guider en toute simplicité. Vous localisez votre zone de souffrance et repérez l’Univers qui s’y rapporte. Vous consultez la présentation de cet univers et suivez la vidéo qui vous explique où et comment positionner vos patchs. En cas de doute, une adresse mail (sante@stimcareonline.com) est à votre disposition pour adresser vos questions et recevoir la réponse d’un thérapeute formé à la pose sur-mesure des patchs STIMCARE.

Les patchs STIMCARE vous offrent une alternative naturelle pour soulager vos douleurs de façon autonome et efficace. Non transdermiques, ils ne laissent passer aucun produit chimique à travers votre corps. Les patchs stimulent les capacités d’autoguérison de votre corps et vous aident à retrouver votre équilibre sur le long terme !

Publié le

Patch STIMCARE : évolutions et améliorations

Les patchs STIMCARE ont été imaginés et fabriqués dans le seul objectif de permettre à chacun d’avoir le choix de soulager sa douleur autrement. La promesse d’une solution saine et chimiquement neutre ne peut être complète que si elle se fait dans le respect de notre environnement. Il nous reste encore du chemin à parcourir pour arriver à l’équilibre parfait, mais nous travaillons chaque jour pour améliorer et optimiser la performance des patchs, tout en réduisant notre empreinte environnementale. Voici les dernières évolutions et améliorations apportées aux patchs.

Nouveau Patch STIMCARE : amélioration du produit

Nous avons travaillé sur deux axes majeurs avec pour objectif d’améliorer la tenue du patch tout en réduisant les énergies liées à sa production.

Nouveau tissu OEKO-TEX

Pour commencer, nous avons sélectionné un tissu en coton certifié OEKOTEX, garanti sans substance nocive, pour habiller le patch. Le label Oeko-Tex STANDARD 100 est un label de qualité visant à certifier que chaque élément qui compose le tissu a été testé pour les substances nocives. Les éléments doivent valider un catalogue de critères pour les substances réglementées et non réglementées. Le catalogue est mis à jour et enrichi par l’institut OEKO TEX, consultable sur leur site internet. Le tissu utilisé pour la fabrication des patchs est donc certifié totalement inoffensif pour la santé humaine.

Économies d’énergie

Nous avons fait le choix de modifier la structure du patch. Il ne comprend à présent plus qu’une seule couche de tissu. La partie visible lorsque le patch est collé était auparavant composée de deux couches superposées. Cette optimisation nous permet d’agir à plusieurs niveaux. Sur le produit lui-même qui est donc composé de moins de tissu, et sur la production. La fabrication de ce nouveau patch utilise moins d’eau et moins d’énergie. Cette étape s’inscrit dans un objectif de fabrication plus “eco-responsable”.

Des patchs plus performants

  • Les patchs sont à présent moins épais et plus souples
  • Ils s’adaptent mieux au mouvement
  • Ils offrent une meilleure tenue sur la peau

Vers une démarche plus éco responsable

En tant qu’acteur économique, nous avons pleinement conscience de notre responsabilité globale, c’est pourquoi nous avons choisi de privilégier une économie basée en France. Nous utilisons des matières locales et, dans la mesure du possible, nous travaillons avec des fournisseurs près de chez nous.

  • Le tissu certifié Eoko-Tex qui compose le patch vient d’Allemagne
  • Les encres naturelles utilisées pour imprimer le tissu sont fabriquées par la référence française en matière d’imprimerie vestimentaires située dans la Loire
  • La colle naturelle en latex de caoutchouc naturel et les patchs STIMCARE sont fabriqués dans un laboratoire reconnu par les industriels de la pharmaceutique et les professionnels de santé. Une structure à taille humaine située en Saône-et-Loire.
  • L’ensemble des packagings utilisés pour la distribution des patchs (emballages carton, présentoirs et notices) sont fabriqués dans la Drôme
  • Le centre logistique de distribution est situé en Savoie

Les minéraux naturels qui composent le patch sont quant à eux, importés. Malheureusement tout ne peut pas venir de France, car certains minéraux sont rares et ne peuvent être issus des sols français. En revanche, nous sommes extrêmement soucieux de la manière et des conditions dans lesquelles ils sont extraits.

Depuis toujours, nous avons à coeur de tenir notre engagement pour la protection de nos savoir-faire, de nos emplois et de notre environnement. Nous avons encore du chemin à parcourir, mais nous conserverons cette transparence tout au long de cette aventure que nous prenons toujours plus de plaisir à partager avec vous.

Prenez soin de vous,

Arnaud

Publié le

Inside Golden Trail Championship par Arnaud Tortel

Le Golden Trail Championship s’est déroulé du 28 octobre au 1er novembre 2020 aux Açores. J’étais présent pour l’événement en qualité de physiothérapeute de l’équipe international de trail Salomon, que je suis depuis 10 ans maintenant. La plus grande course de trail de l’année a regroupé (quasiment) l’ensemble des meilleurs traileurs et traileuses du monde sur la distance. Mais cette fois-ci, les choses étaient différentes, avec un format de course inédit. Pour la première fois, les courses s’enchainaient durant 4 jours d’affilés, et autre nouveauté, il y avait des courses dans la course ! En effet, comme en vélo, les athlètes allaient se battre pour être le meilleur grimpeur, sprinteur et descendeur, en plus du classement général. Le combat s’annonçait épique, d’autant que les conditions n’ont pas aidé les coureurs.

Les Açores sont des îles volcaniques au relief tourmenté, aux rochers coupants et à la végétation dense, voir de la jungle sur certaines portions. Climat doux et clément réputé pour son anti-cyclone qui pendant 4 jours avait déserté les îles. Nous avons donc eu de la pluie tous les jours, un brouillard constant sur les hauteurs. Le tout saupoudré de vent allant entre 60 et 120 km/h ; dantesque !

Prologue

Premier jour de chauffe pendant lequel je m’occupe essentiellement des athlètes arrivés avec des tensions et d’anciennes douleurs articulaires ou musculaires. Bart Przedwojewski arrive avec une douleur au mollet droit sur lequel je pose de suite une bande de patch lui entourant la jambe dans le but de maximiser la cicatrisation. Il va falloir tenir 4 jours !

Blandine Lhirondel, souffrant d’une côte qui l’empêche de faire certains mouvements et bloque sa respiration, a longuement hésité à venir … pourtant quelques patchs bien placés plus tard, la voilà qui respire normalement et bouge ses bras avec aisance. Elle n’en revient pas et moi non plus ! Espérons que cela tienne les 4 jours de batailles à venir. Certains s’endorment ce soir-là, avec des patchs sur les zones de tensions, préparation nécessaire au premier combat !

Bart Przedwojewski

Stage 1

Les coureurs s’étripent de 9h à midi et dés 14h les athlètes affluent dans ma salle de soin, clopin-clopant. Certains sont déjà dans le dur avec des entorses, des glissades, des coups et des bleus, pendant que d’autres viennent pour des réglages de posture.

Vu l’étendue de certaines perturbations, notamment sur les mollets, les quadriceps ou les ischios, j’opte pour l’utilisation de bandes de patchs que je découpe à la dimension voulue. Elles sont extrêmement pratiques sur les grosses contusions musculaires mais aussi sur les petites entorses des doigts car je peux découper les patchs au format adéquat.

Stian Angermund se plaint de fortes tensions résiduelles dans les fessiers qui résistent aux étirements et aux massages. Je pose deux gros patchs adaptés à la forme des muscles, afin de continuer le travail de détente musculaire pendant la nuit et prévenir l’apparition de nouvelles tensions demain pendant l’effort.

Stian Angermund

Stage 2

 7h du matin, me voilà déjà en train de faire des strappings de chevilles et de genoux, armures nécessaires aux descendeurs, qui face au terrain de boue, de ronces, de branches et de trous, cherchent à absolument consolider les articulations sollicitées. Encore 3 jours de course !

A 14h, de nouveaux athlètes font leurs apparitions. Les corps subissent des traumatismes intenses. Cependant, tout le monde a le sourire aux lèvres ! Tous sont heureux de pouvoir continuer la compétition aux Açores alors qu’en France le confinement bloque les sorties en montagnes et ferme les centres de sport.

Plus de trente athlètes viennent me voir ce jour-là. Les stratégies de course vont bon train. Il faut tenir encore deux jours à coups de 30 km et 1500 m de dénivelé positif dans des conditions très glissantes.

Maude Mathys a toujours ses ischios sensibles mais aucune aggravation, voir du mieux. Les réglages musculaires sont aux millimètres.  

Stian (Angermund) n’a pas souffert des fessiers, il est content. Une vieille tension sur son quadriceps droit réapparait. Ce n’est pas encore une gêne, mais en prévention, nous décidons de lui patcher la cuisse.

Bart (Przedwojewski) sent encore son mollet le gêner. Nous changeons ses patchs, tellement les premiers ont été salis, abimés et détruits par l’intensité du terrain.

Je rencontre Fréderic Tranchand, champion de course d’orientation, qui est tombé la veille sur sa hanche et dont un gros hématome l’empêche de courir normalement, engendrant une gestuelle de course qui lui fait perdre beaucoup d’énergie. Il découvre les patchs Stimcare que je dépose sur les différents impacts ainsi que sur ses pieds, dans le but de libérer de vieilles tensions posturales mises en évidence après quelques tests.

Avec Remi Bonnet qui vise une place au général et celle de meilleur grimpeur, on passe du temps à rééquilibrer la posture, afin que le rythme des jambes ne soit pas entravé par des tensions internes et que le diaphragme donne tout son potentiel.

Après cette longue journée je suis donc couché tard ce soir-là et levé tôt le lendemain pour les straps d’avant course !

Stage 3

La fatigue est au rendez-vous. Les coureurs sont malmenés par le vent fort, le brouillard et la boue épaisse. Les efforts s’accumulent, la lucidité baisse et les chutes s’accentuent. Des chevilles, des genoux, des bleus. Thibaut Baronian s’écroule dans un trou d’eau et rétrograde à la 11e place, sortant du top 10. Massage, étirement et patchs le remettent sur pied pour le combat final !

Frédéric (Tranchand) revient me voir, enchanté par son équilibre retrouvé la veille. Ses muscles étant remplis d’acide lactique des efforts d’adaptation du jour 2, il n’a pas pu s’exprimer lors de ce stage 3, mais il a nettoyé son organisme et il est prêt à en découdre pour le lendemain.

Il faut être inventif face aux différentes perturbations et heureusement grâce aux patchs, j’arrive à avoir des actions de détente musculaire impensable sans cet outil. En jouant sur les lois de Sherrington, j’active des muscles faibles pour relâcher les antagonistes forts. Ajouter à cela, du chlorure de magnésium en poudre et des petits miracles ont lieu tous les soirs. L’exemple type est Candice (Fertin) qui pensait ne pas passer le prologue, suite à une sciatique invalidante ayant flambée dans l’avion à son arrivée, et qui est encore là ce soir ! Elle va même mieux.

Stage 4

Dernière course : les chiens sont lâchés sur un parcours de replis car le vent dépassant les 120 km/h au sommet de la caldera rendent le passage trop dangereux.

Bart, héroïque, s’accroche à Jim Walmsley qui retrouve un terrain plus roulant et s’envole vers la victoire d’étape.

Maude ne lâche pas Rachel Drake mais lui concède également la 4e manche. Plus aucune douleur aux ischios : contrat rempli. Pendant qu’Amandine conforte sa troisième place qu’elle occupe depuis le stage 1. Elle a finalement eu raison de venir me voir, les douleurs liées à la côte se sont envolées sous l’action des patchs.

Thibaut sauve sa 10e place avec un retour en très grande forme, pendant que Rémi fait l’effort pour passer en tête au général de la montée (Uphill), Théo gagne le sprint et Ana Cufer s’envole dans la descente ; les chevilles ont tenu !

Jamais, je n’avais eu la chance de suivre des courses aussi intenses avec une telle cadence. Même les corps les mieux préparés subissent tous une baisse de régime, suite à des chutes, ou de vieilles perturbations qui resurgissent avec la fatigue accumulée.

C’est précisément à ce moment-là que les patchs entrent en action selon 3 modes différents :

  • Directement sur les endroits blessés (coups, bleus, bosses, entorses, contractures, tendinites …) afin de ramener du sang dans la zone pour mieux nettoyer et cicatriser.
  • Sur les cicatrices anciennes qui gardent des adhérences profondes actives et qui perturbent à bas bruit la gestuelle, finissant jour après jour à coûter très cher en énergie.
  • Sur les muscles directeurs afin de libérer et de guider l’articulation perturbée, faire du sur-mesure sur l’ensemble des chaines musculaires suite à des tests physiques adaptés pour modéliser les perturbations et voir les corrections une fois rééquilibrées par les patchs.  

Au final, qu’ils soient des habitués ou des novices, des champions ou des amateurs, ce sont une belle brochette d’athlètes qui ont fait confiance aux Patchs Stimcare durant ce Golden trail championship. Et nous sommes fiers de les avoir accompagnés durant ces 5 jours intenses de compétition, et pour certains jusqu’au podium !

Maude Mathys  1ère

Ana Cufer 1ère descendeuse

Blandine Lhirondel 3e

Tove Alexandersson 4e

Camille Bruyas 6e

Fanny Borgstrom 8e

Meg Mackensie 14e

Ariane Wilhem 27e

Candice Fertin 36e

Bartlomiej Przedwojewsky  1er

Théo Detienne 1er Sprinteur

Frédéric Tranchand 3 e

Elhousine Elazzaoui 4e

Stian Angermund 5 e

Remi Bonnet 1er de la montée et 8 e au général

Thibaut Baronian 10e

Joey Hadorn 12e

Artiz Egea 14 e

Riccardo Borgialli 15 e

Marcin Rzeszotko 17 e

Jan Margarit 21 e

Ludovic Pommeret 27e

Julien Michelon Abandon

Max King Abandon

Publié le Laisser un commentaire

DCF Awards & STIMCARE

Les DCF (Fédération des Dirigeants Commerciaux de France) Awards, est un concours qui récompense chaque année la performance commerciale des entreprises au niveau local, régional et national dans quatre catégories. Ce concours permet “de mettre en lumière les entreprises qui valorisent la fonction commerciale et développent l’intelligence commerciale, d’activer les réseaux professionnels ainsi que les médias locaux, régionaux et nationaux.”

Pour participer, les entreprises doivent répondre à des critères de sélection, en précisant, les indicateurs de performances commerciales de l’entreprise, les moyens investis, la mise en oeuvre des 3 leviers de l’intelligence commerciale et une question spécifique relative à la catégorie dans laquelle l’entreprise concourt. 

Le concours est segmenté en 4 catégories : TPE-PME, Entreprises de taille intermédiaire (ETI), Entreprises sociales et solidaires, Startups

STIMCARE ET LES DCF RENNES

STIMCARE intègre le concours des DCF Rennes dans la catégorie StartUps et remporte le trophée des DCF awards Rennes en décembre 2019 grâce à ses patchs performants et leur technologie brevetée eNOsyntex, qui soulagent les gênes fonctionnelles, du plus grand nombre, sportifs ou non.

En remportant le trophée des DCF Awards Rennes, STIMCARE se qualifie pour la finale. Et concourt aujourd’hui pour le niveau national des trophées DCF Awards. 

Trophée DCF Awards national

A l’occasion des 90 ans du mouvement des DCF, la finale nationale des DCF Awards a eu lieu au Palais de Iéna à Paris.

Suite à la délibération du jury, STIMCARE se voit attribuer la seconde place de sa catégorie Startups. STIMCARE a fait bonne impression et a marqué les esprits car nous obtenons la seconde place du classement “Coup de coeur du jury”.

Félicitations à tous les participants !

L’aventure STIMCARE ne fait que commencer…